Histoire

Entre le Xe et XVIIIe siècles, Pillac était le siège d’une viguerie, alors dans le diocèse de Périgueux, qui a été rattachée avec les six autres vigueries du comté d’Angoulême, qui en comptera une vingtaine à la suite de son extension au XIe siècle.

L’église de Pillac était chef-lieu d’un archiprêtré du diocèse de Périgueux et elle comprenait 26 paroisses.

À la fin du XIXe siècle, la commune a particulièrement souffert du phylloxéra et s’est désertifiée, une grande partie de la population active travaillant les vignes.

Le territoire

Comme de nombreuses communes charentaises, Pillac possède un habitat dispersé et compte de nombreux hameaux et fermes. On peut citer le Bernou au nord du bourg, les Martres à l’est, le Boiteau, la Ferrière, le Rapt au sud, le Maine Roy et le Maine Blanc à l’ouest, etc